Blog arrow Marketing arrow Sondage par internet : avantages et inconvenients


Sondage par internet : avantages et inconvenients

Version imprimable Suggérer par mail
Marketing - Sondage
Écrit par Serge Boué   
08-05-2008
Pour la réalisation d'un sondage, l'utilisation d'Internet apparaît souvent comme une solution simple et rapide à mettre oeuvre. Mais ce mode d'enquête séduisant n'a pas que des avantages. Panorama des avantages et des inconvénients.


 

Les avantages de la méthode d’enquête par Internet sont nombreux :

Le faible coût
Une enquête postale ou un sondage par téléphone impose un forte organisation et des infrastructures importantes (centre d'appel, logistique...). Pour les sondages par courier, il y a bien sur le coût d'expédition, mais aussi d'impression, de dépouillement , de saisie....
Pour les sondages par téléphone, un centre d'appel est nécessaire.
Ces deux types d'enquêtes imposent aussi la location de fichiers.
Des moyens informatiques limités sont nécessaires pour un sondage par Internet. Le coût d'installation reste faible. D'autant que des logiciels de gestion d'enquête comme limesurvey existent en license GPL. 

La rapidité de mise en œuvre
La mise en place d’un questionnaire sur Internet est très rapide. Elle n’impose que la création d’un site web et la déclaration d’un nom de domaine si nécessaire.
En quelques jours, un questionnaire par Internet peut être mis en place, voire en seulement quelques heures si une infrastructure informatique existe déjà.

La rapidité de collecte
Pratiquement un français sur deux possède aujourd’hui la possibilité de se connecter à Internet.
Il existe donc un « réservoir » de répondants potentiels important.  La collecte de questionnaires renseignés peut être très rapide si le site hébergeant l’enquête dispose d’une forte notoriété. Par exemple, le « Journal du net » est un site web d’information sur l’univers des nouvelles technologies. Il organise régulièrement des mini-sondages. Quelques jours lui sont nécessaires pour obtenir plus de 1 000 réponses différentes.

La possibilité de contrôle de l’ordre des questions
Contrairement à un questionnaire papier que le répondant peut parcourir avant de répondre, l’affichage des questions pour un questionnaire Internet peut se faire séquentiellement. C'est-à-dire que la personne sondée ne peut découvrir les questions suivantes  qu’après avoir complété les questions précédentes. Cette possibilité technique évite les incidences que peuvent avoir les questions les unes sur les autres. L'interactivité s'illustre aussi dans le choix des questions affichées en fonction des réponses précédentes.

La supervision automatique de la saisie du questionnaire
Les questionnaires par Internet permettent de contrôler que les questions obligatoires sont renseignées. Le répondant ne pourra pas progresser dans le questionnaire si certaines questions restent sans réponse. De la même manière, des aides contextuelles peuvent apparaître afin de guider l’internaute.
Des questions conditionnelles peuvent être créées. Celles-ci ne sont présentées aux répondants qu’en fonction de ses réponses précédentes. Ce type de questions est souvent source d’incompréhension et de réponses incomplètes dans le cas de questionnaires papier.

L’encodage immédiat
Les réponses des personnes sondées sont directement stockées en base de données en fonction d’un formalisme défini précédemment. Les tâches de dépouillement sont réduites. Par conséquent les erreurs humaines induites par l’encodage sont inexistantes.

L’absence de biais de l’enquêteur
L’internaute se trouve face à un ordinateur lorsqu’il répond à un questionnaire sur Internet. Il n’y a pas de biais créé par l’enquêteur qui peut influencer, par son comportement, le répondant. La présence d’un enquêteur peut conduire à des réponses standardisées ou des réponses que le répondant pense être les réponses attendues.

Les atouts de cette méthode d’enquêtes sont nombreux, mais des inconvénients existent aussi.

La mauvaise représentativité.
La mauvaise représentativité des enquêtes par Internet est le défaut le plus souvent cité. Ce phénomène existe et doit être pris en compte. Cependant, avec la massification du marché de l’Internet, il peut être tempéré et fournir les conditions nécessaires pour qu’Internet puisse réellement devenir un support d’évolution méthodologique pour les sondages.

Ce sont aujourd’hui presque 60 % des Français qui se connectent à Internet au cours d’un mois donné. Ces connexions se font depuis le domicile, le lieu de travail ou d’autres endroits équipés (école, gare, cyber-café).  De plus, environ un foyer sur deux possède aujourd’hui un accès à Internet. Cette croissance du nombre d’internautes est encouragée par un marché de l’Internet en pleine effervescence avec des prix qui diminuent et des contenus qui s’enrichissent.
Le réseau Internet à haut débit (ADSL) couvre plus de 90 % des résidents en France.

La première des critiques porte généralement sur la structure démographique des internautes. Cependant les dernières analyses comparatives sur ce sujet montrent que la structure de la population des internautes est proche de l’ensemble de la population française sur de nombreux points.
L’Internet n’est plus un phénomène masculin puisque 47% de femmes s’y connectent La répartition par type d’agglomérations est assez proche de la population française.

Par contre, il faut noter une surreprésentation des PCS+ et une sous représentation des inactifs et des seniors.

Cette situation impose, pour un sondage sur Internet, soit de cibler une population suffisamment présente sur ce média, soit de posséder une base de données de contacts (adresses de courrier électronique) suffisamment large pour permettre de toucher des cibles rares.

Echantillonnage non aléatoire
Il n’existe pas de source exhaustive répertoriant tous les internautes qui permettrait d’échantillonner par une sélection aléatoire. Il est donc nécessaire d’aller chercher les internautes là où ils se trouvent c'est-à-dire sur les sites Internet, en leur proposant de répondre à un sondage. Ceci introduit donc un biais dans le ciblage des internautes. En effet, un site est fréquenté en fonction de sa nature. Il est alors représentatif des habitudes de consommation, de loisirs, des centres d’intérêts, ou des opinions de l’internaute. En théorie, il faudrait répartir les questionnaires sur un très grand nombre de sites intéressants chacun des internautes aux comportements ou aux centres d’intérêt variés.

Mauvais contrôle de l’identité
Les réponses à un questionnaire par Internet reposent uniquement sur des éléments déclaratifs. Il n’est pas possible de contrôler l’identité ou du moins les caractéristiques principales du répondant. L’âge, le sexe, la localisation, la catégorie socioprofessionnelle ne sont donnés que par le répondant. Il n’y a pas de croisement possible avec des données techniques. L’adresse informatique de la machine du répondant est parfois présentée pour connaître l’origine géographique des internautes. Elle n’informe que sur le pays d’origine et ne tient pas compte des internautes se connectant via des fournisseurs d’accès étrangers à leurs pays d’origine. C’est le cas notamment des employés français de sociétés internationales qui peuvent accéder à Internet par leurs entreprises dont le centre informatique est situé hors de France.

Une démarche volontaire
L’enquête par Internet suppose un acte volontaire autonome du répondant. Elle a donc sur ce plan les mêmes inconvénients que l’enquête par voie postale. Le questionnaire ne peut être que court et doit se limiter aux comportements simples et aux opinions à chaud.
En effet, un internaute risque d’abandonner avant d’avoir saisi la totalité de ses réponses.

Peur de l’intrusion dans la vie privée
Internet constitue encore pour cette population un média mal maîtrisé qui peut paraître intrusif. C’est un outil impersonnel qui conduit l’internaute à craindre l’utilisation qui sera faite des informations qu’il va lui confier. La notoriété de l’enquêteur ou du site hébergeant le sondage est un facteur de réussite. Il est nécessaire de rassurer l’internaute sur la confidentialité des données.

 

 
< Précédent   Suivant >